Understanding E. Coli Bacteria

Comprendre la bactérie E. Coli

Desiree Nielsen
On

Même ceux connaissant peu de choses sur les bactéries ont entendu parler de l’E. coli. L’Escherichia coli, ou E. coli en abrégé, est une bactérie reconnue pour nous rendre malades. Elle est la raison pour laquelle notre burger doit atteindre la température interne de 71 degrés Celsius avant d’être consommé et pourquoi Varadero prend parfois sa revanche. Cependant, il existe de nombreuses souches différentes de bactérie E. coli ; en fait, l’E. coli est une espèce très commune dans l’intestin humain... et la plupart des souches d’E. coli ne sont pas nocives1 !

Comprendre l’infection à l’E. coli

Bien que ce ne sont pas toutes les souches d’E. coli qui nous rendent malades, celles qui le font posent un problème majeur : l’infection à E. coli est l’une des principales causes de diarrhée dans le monde1, 4. L’infection à E. coli peut également être associée à des nausées, à des vomissements, à de la fièvre et à la déshydratation4.

Les bactéries sont transmises en raison de mauvaises pratiques d’hygiène, ce qui permet aux matières fécales de s’introduire par la bouche, que ce soit à partir de surfaces dures, de la viande contaminée, de l’eau ou d’un lavage inadéquat des mains1, 4. L’E. coli provoque une diarrhée infectieuse dangereuse chez les nourrissons des pays sous-développés1, 4. Chez l’adulte, les méthodes les plus courantes de contracter l’infection à E. coli sont les voyages et la consommation d’aliments contaminés (et insuffisamment cuits), souvent de la viande1, 2.

Certaines souches d’E. coli sont également associées à des infections des voies urinaires et des reins ; fait intéressant, on ne pense pas que ces souches causent une infection dans l’intestin humain. On pense plutôt que l’intestin sert de havre à cette bactérie jusqu’à ce que l’opportunité de créer une infection en dehors de l’intestin se présente3. La contamination d’origine alimentaire peut également contribuer à l’introduction de ces souches d’E. coli chez l’humain3.

Prévenir l’infection à l’E. coli

En règle générale, les antibiotiques ont été notre première ligne de défense contre l’infection à E. coli, mais comme plusieurs souches d’E. Coli deviennent résistantes au traitement antibiotique1, 4, il semblerait que la prévention soit la meilleure défense. Le moment est venu de combattre la bactérie par la bactérie !

Un microbiome intestinal fort vous aide à résister à la prolifération de bactéries pathogènes pouvant causer une infection5 ; un microbiome en santé aide à maintenir un pH qui empêche la prolifération de bactéries pathogènes ou responsables de maladies5. Il concurrence également activement les microbes potentiellement nocifs et les attaque, ce qui les empêche de se multiplier et de provoquer une infection5. Si vous voulez un microbiome puissant, un probiotique quotidien vous aidera à y parvenir.

Les preuves suggèrent également que les probiotiques pourraient constituer une stratégie efficace contre l’infection à E. coli4. Les acides gras à chaîne courte produits par les bactéries probiotiques peuvent aider à inhiber la croissance des souches d’E. coli nuisibles, en plus de la compétition fournie par ces bactéries bénéfiques4, 5.

Les bactéries probiotiques peuvent également aider à améliorer la réponse immunitaire aux agents pathogènes tout en augmentant la production de substances appelées défensines qui aident à éliminer les microbes nocifs4, 5. Certaines recherches laissent entendre que les probiotiques pourraient être efficaces contre la diarrhée du voyageur alors que les données sont trop rares pour savoir si les probiotiques peuvent nous aider à prévenir les infections des voies urinaires.6,7

Il reste encore beaucoup à faire pour comprendre le rôle des probiotiques dans la lutte contre l’infection et pour déterminer quels probiotiques sont les plus efficaces6, 7. Cependant, en attendant ces recherches, la prise d’un probiotique est un moyen sûr de renforcer votre flore intestinale et de renforcer votre système immunitaire.

Tomber malade après une infection à E. coli retire vraiment tout plaisir au mot plaisir. Votre meilleure ligne de défense? Une bonne offensive ! Lavez-vous toujours bien les mains après être allé aux toilettes et avant de manger. Lors de la cuisson des viandes, veillez à utiliser un thermomètre pour vous assurer qu’elles atteignent la température voulue. Toujours mettre les aliments au froid lors de pique-niques et séparer les aliments froids des aliments chauds. Et lors de vos déplacements, ne consommez que de l’eau de source salubre et songez à ne manger que des aliments entièrement cuits à l’extérieur des complexes hôteliers et à des restaurants dotés de système d’hygiène de haute qualité. Enfin, maintenez votre flore intestinale forte et en santé avec une dose quotidienne de probiotiques Bio-K +.

Avez-vous d’autres questions à propos du microbiote intestinal? Posez-les en commentaires ci-dessous. Si vous souhaitez faire le plein de Bio-K+, consultez notre localisateur de magasins. Pour obtenir plus d’information sur Bio-K+, les probiotiques et la santé digestive, communiquez avec nous, suivez-nous sur Facebook et Instagram ou rejoignez notre communauté.

Références

Gomes, Tânia A T et al. «Diarrheagenic Escherichia coli» journal brésilien de microbiologie : [publication de la Société brésilienne de microbiologie]vol. 47 Suppl 1, Suppl 1 (2016) : 3-30.

Tribble, David R. «Agents pathogènes résistants en tant que causes de la diarrhée du voyageur dans le monde et impact(s) sur l’échec du traitement et recommandations» Journal of travel medicinevol. 24,suppl_1 (2017) : S6-S12.

Manges, A. R. «Escherichia coli et infections des voies urinaires : le rôle de la viande de volaille.» Microbiologie clinique et infection22.2 (2016) : 122-129.

Roussel, Charlène, et al. «Escherichia coli d’origine alimentaire : de la pathogenèse intestinale à de nouvelles stratégies préventives impliquant des probiotiques.» Microbiologie future12.1 (2017) : 73-93.

Vogt, Stefanie L and B Brett Finlay. «Protection contre les infections diarrhéiques par le microbiote intestinal» Journal of travel medicinevol. 24,suppl_1 (2017) : S39-S43.

McFarland, Lynne V., and Shan Goh. «Les probiotiques et les prébiotiques sont-ils efficaces dans la prévention de la diarrhée du voyageur ? : Une revue systématique et une méta-analyse.» Médecine de voyage et maladies infectieuses27 (2019) : 11-19.

Schwenger, Erin M., Aaron M. Tejani, and Peter S. Loewen. «Les probiotiques pour prévenir les infections des voies urinaires chez les adultes et les enfants.» Cochrane Database of Systematic Reviews12 (2015).


Read more articles