Traveler’s diarrhea: what if we put the odds on our side?

La diarrhée du voyageur : et si nous mettions les chances de notre côté?

  • Santé intestinale

  • By Vanessa Daigle, Nutritionist-speaker and content creator

    La diarrhée du voyageur est l’une des maladies les plus fréquentes chez les voyageurs. En fait, rares sont les gens qui n’ont, à ce jour, aucune anecdote à raconter à ce sujet. Saviez-vous que plus de 55 % des personnes voyageant d’un pays industrialisé vers un pays en développement présentent des symptômes liés à la diarrhée du voyageur1? Si vous êtes l’une de ces personnes, il est possible que les souvenirs de cet événement semblent cocasses après coup. Cependant, je parie que vous ne l’avez pas trouvé drôle au moment où les symptômes étaient présents. On estime que 20 % des personnes qui attrapent la Tourista seront alitées et que 8 à 15 % d’entre elles auront vu leurs symptômes perdurer pendant plus d’une semaine2! Évidemment, personne ne souhaite que son voyage en soit affecté. Existe-t-il des moyens efficaces de prévenir la diarrhée du voyageur? Certains probiotiques pourraient-ils nous aider à mettre toutes les chances de notre côté? Démystifions le sujet pour apprendre à supporter son système immunitaire en voyage.

    Qu’est-ce que la diarrhée du voyageur?

    Aussi appelée la Tourista, la diarrhée du voyageur est une infection qui occasionne divers symptômes tels que la diarrhée, la nausée, les vomissements, voire la fièvre. Elle survient lors d’un voyage à l’étranger et est provoquée par des bactéries (p. ex. : E. coli), des parasites ou des virus. Comme elle se transmet principalement par l’eau et les aliments, tous les voyageurs sont à risque. Il est également important de savoir que la maladie est contagieuse. Pour cette raison, je vous invite à vous tenir à l’écart des personnes qui semblent passer beaucoup de temps près des toilettes!

    Parlons des risques

    Lorsqu’on parle des risques associés à la diarrhée du voyageur, certaines destinations nous viennent à l’esprit. Personnellement, je ne peux m’empêcher d’avoir en tête les tout-inclus du sud, très populaires auprès des Québécois lors de la saison froide! Une impression qui se confirme, car parmi les destinations à risque élevé, on retrouve :

    • L’Amérique du Sud
    • Le Mexique
    • L’Afrique
    • Le Moyen-Orient
    • L’Asie

    Outre la destination, il faut savoir que certaines personnes seront également plus à risque. On pense notamment aux voyageurs qui : 

    • adoptent des comportements alimentaires plus risqués ;
    • prennent des médicaments pour diminuer le PH gastrique ;
    • souffrent de maladies chroniques ;
    • sont génétiquement prédisposés à attraper des infections virales4.

    Comment prévenir cette infection?

    Tout le monde rêve de voyager dans les conditions les plus favorables. Il peut donc sembler judicieux de mettre les chances de notre côté en prenant certaines précautions.

    Avant le départ : les mesures prophylactiques (préventives)

    Dans le cadre d’une diarrhée infectieuse, trois options s’offrent aux voyageurs.

    • La vaccination
    • La prise d’antibiotiques*
    • La prise d’un supplément probiotique

    *Malgré son efficacité prouvée, la prise d’antibiotiques doit être évitée en raison des effets secondaires largement documentés qui y sont associés.

            En voyage : hygiène et prudence dans les choix alimentaires 

    Il est évident que la façon dont vous mangez et buvez aura un impact sur le risque d’attraper la Tourista. Pour éviter le pire, on conseille de :

    • Se laver les mains pendant 20 secondes avant de manger.
    • Consommer de l’eau en bouteille et éviter de prendre des glaçons ou des jus faits à base de concentré.
    • Favoriser la consommation de fruits et légumes qui ont une peau ou un zeste..
    • Consommer des viandes et des poissons bien cuits.
    • Poursuivre la prise du supplément de probiotique pendant toute la durée du voyage.

     

    Le point sur les probiotiques

    Comment la prise de probiotiques peut-elle vous protéger des infections? Les probiotiques agissent grâce à une double action ; en stimulant la fonction immunitaire et en supprimant la colonisation des agents pathogènes (bactéries, virus). Cela dit, tout comme les médicaments, chaque probiotique a une efficacité sur une problématique qui lui est propre. Prendriez-vous des antiacides pour un mal de tête? Je ne le crois pas. En suivant le même raisonnement, dans ce contexte, il est important de choisir la souche probiotique dont les bénéfices ont été démontrés pour la diarrhée du voyageur.

    Il reste encore beaucoup à apprendre sur les bactéries intestinales et les possibilités de prévention. Toutefois, les études réalisées jusqu’à présent sur le sujet ne font qu’entretenir notre intérêt pour les probiotiques et leur impact sur la prévention de la diarrhée du voyageur.

    Pour vous mettre la puce à l’oreille, j’ai pensé partager avec vous les résultats d’une étude menée par Bio-K+ sur 277 sujets. Dans cette étude, la prise du supplément probiotique par rapport au placebo a entraîné une réduction significative de la diarrhée du voyageur (tous types confondus : typique, modérée et légère) chez les hommes et une réduction significative de la diarrhée modérée chez les sujets âgés de plus de 37 ans.

    Cela m’amène sur des pistes de réflexion intéressantes. Se pourrait-il que les hommes soient moins prudents que les femmes dans leurs choix alimentaires en voyage (sans rancune, messieurs!)? La flore intestinale des sujets de plus de 37 ans serait-elle moins équilibrée et donc plus prédisposée à bénéficier du traitement?

    Ces questions restent pour l'instant sans réponse. 5

    Cela dit, l'intégration de différentes stratégies préventives de la diarrhée du voyageur est souvent une solution gagnante pour minimiser le risque de passer ses vacances alité ou aux toilettes.

    Bien que la diarrhée du voyageur soit très désagréable pour la personne qui en souffre, elle est rarement dangereuse. Dans la majorité des cas, les symptômes finissent par disparaître d’eux même, moins d’une semaine après leur apparition. Si vous en souffrez malgré les précautions prises, l’important est de privilégier une bonne hydratation, de penser à prendre des électrolytes et de maintenir de bonnes règles d’hygiène, pour éviter de transmettre le virus à d’autres voyageurs. Bon voyage!

     

     

     

    1. Yates J. Traveler’s diarrhea. Am Fam Phys 2005; 71:2095-2100
    2. DuPont HL. New insights and directions in traveler’s diarrhea. Gastroenterol Clin North Am 2006;35(2):337-53.
    3. https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/diarrhee.html
    4. https://www.badgut.org/information-centre/a-z-digestive-topics/caring-for-your-gut-while-travelling-abroad/
    5. BIO-K+CL1285 (L.acidophilus, L. casei) prophylaxis for traveler’s diarrhea (unpublished)

    Meilleures Ventes


    Raspberry

    Drinkable Vegan Probiotic

    Certifié sans gluten, bio et sans OGM un probiotique avec un minimum de 50 milliards de bactéries vivantes et actives bénéfiques par bouteille.

    Peach & Turmeric

    Extra Drinkable Probiotic

    Exclusive probiotic strains with a minimum of 80 billion live & active beneficial bacteria per bottle.

    Daily Care 25 Billion

    Vegan Probiotic Capsules

    Probiotiques certifiés sans gluten et végétaliens. Une excellente option pour ceux qui ont besoin d’un soutien quotidien ou d’un besoin d’une alternative plus forte.

    Vanessa Daigle Nutritionist-speaker and content creator
    About the author

    Nutritionniste membre de l’Ordre des diététistes-nutritionnistes du Québec, Vanessa travaille quotidiennement en clinique privée et en communication, à son compte. Tout aussi passionnée par l’humain que par la nutrition, elle se fait un plaisir de partager ses connaissances à plus grande échelle, via son blogue, son podcast Zone Grise, mais aussi, par le biais de chroniques radio et conférences.

    Tous les articles de Vanessa Daigle
    Retour au blog