A Healthy Gut and A Healthy Heart

Un intestin en santé - Un coeur en santé

Desiree Nielsen
On

Il n’y a pas de meilleur moment que février, le mois du cœur, pour montrer un peu d’appréciation à ce muscle miraculeux qui vous alimente en énergie tout au long de votre journée. À chaque pulsation, le sang oxygéné revitalise votre organisme, transportant des nutriments vitaux vers vos cellules afin d’en alimenter le métabolisme et le renouvellement.

La vie moderne exige beaucoup de nos organismes, et nos cœurs supportent une charge de plus en plus lourde. Le stress, une mauvaise alimentation et l’inactivité imposent un stress excessif sur notre muscle le plus important. C’est pour cette raison que l’Organisation mondiale de la santé prédit que les maladies cardiovasculaires demeureront la principale cause de décès attribuable à la maladie chronique pour les années à venir1.

Prendre soin de votre cœur est une pratique holistique : vous devez faire bouger votre corps quotidiennement, prendre des mesures pour apaiser votre esprit et calmer les effets des sources de stress quotidiennes, en plus d’adopter une alimentation saine, riche en végétaux. Toutefois, il y a une façon de plus de soutenir votre santé cardiovasculaire… et c’est une chose à laquelle vous ne vous attendez peut-être pas.

Comme le dit le vieil adage, le cœur d’une personne peut vraiment passer par son estomac. Ou plus précisément, par ses bactéries intestinales. Notre microbiote, par sa communication quotidienne avec nos systèmes nerveux et immunitaires, peut affecter nos lipides sanguins, notre pression artérielle ainsi que l’inflammation chronique sous-jacente qui peut endommager nos artères et mettre notre cœur à risque. Cela signifie qu’une dose quotidienne de probiotiques peut devenir un allié de plus dans votre quête pour continuer à faire battre votre cœur.

Sceptique? Examinons les preuves.

Inflammation chronique

L’inflammation chronique est un facteur de risque sous-jacent de maladies cardiométaboliques telles que les crises cardiaques et le diabète de type 2, car elle entraîne des dommages et des dysfonctions cellulaires2. Le fait que le diabète est également un des principaux facteurs de risque de maladie du coeur vaut aussi la peine d’être souligné3. L’inflammation chronique favorise la résistance de nos tissus à l’insuline, ce qui signifie que combattre l’inflammation intestinale peut aider à maintenir un équilibre glycémique et diminuer votre risque de maladie cardiaque avec le temps2.

De plus, l’inflammation peut endommager les artères; et lorsqu’elles sont endommagées, le système immunitaire tente de les réparer en étalant des plaques remplies de cholestérol, ce qui rétrécit les artères, entraînant une hausse de la pression artérielle et vous exposant au risque de ruptures qui peuvent bloquer le flux d’oxygène vers le cœur.

Comment les bactéries intestinales combattent-elles l’inflammation? 2-5

En modulant le système immunitaire pour calmer les cascades pro-inflammatoires;

En soutenant une barrière intestinale saine et en diminuant le risque de translocation bactérienne qui stimule l’inflammation;

En luttant directement contre les bactéries pro-inflammatoires.

Dans le cadre de la recherche, il a été démontré que certaines souches probiotiques réduisent les marqueurs inflammatoires comme le TNF-alpha et la protéine C-réactive2-5.

Réduction des lipides

La science entourant le cholestérol, les taux de cholestérol sanguins et le risque de maladie cardiaque est complexe, toutefois, statistiquement, des taux élevés de cholestérol LDL sont toujours considérés comme un facteur de risque indépendant de maladie cardiaque. Vous pouvez en apprendre plus sur la science derrière les probiotiques, et sur la façon dont ils permettent de réduire le taux de cholestérol ici.

Certains probiotiques, peuvent aider à abaisser les taux de cholestérol sanguin, cependant, ils peuvent également jouer un rôle dans la réduction d’un autre lipide sanguin, les triglycérides3,4. Les triglycérides, malgré leur statut de lipides, sont en fait liés au contrôle de la glycémie – alors en abaissant la glycémie, on contribue à garder les triglycérides sous contrôle. Des recherches de stade précoce suggèrent que les probiotiques puissent abaisser les triglycérides et le cholestérol grâce à la régulation des voies lipidiques par les acides gras à chaîne courte, un produit de la fermentation bactérienne, en plus de minimiser le recyclage du cholestérol par l’intestin3-6. Il existe encore, cependant, des recherches contradictoires à cette étape7 – mettant en évidence la nécessité d’être précis dans votre choix de probiotique et de comprendre les effets métaboliques uniques de chaque souche.

Pression artérielle

Nous avons parlé de la façon dont les plaques dans les artères augmentent la pression artérielle; mais le stress, une consommation élevée de sodium, et les régimes faibles en potassium sont également associés à une pression artérielle plus élevée. La pression artérielle est problématique, car elle fait travailler le cœur plus fort à chaque battement. Ce qui explique pourquoi la pression artérielle, ou l’hypertension, est un facteur de risque principal de maladie cardiaque et d’AVC5. Ici, on pense que les bactéries intestinales ont une influence sur l’hypertension en 5:

- augmentant la production d’oxyde nitrique, qui dilate les vaisseaux sanguins et diminue la pression sanguine;

- améliorant l’absorption du calcium, à l’effet antihypertenseur;

- diminuant les taux de polyamines qui peuvent augmenter la pression artérielle;

- diminuant l’inflammation.

Adopter une approche intégrative - Favoriser une alimentation anti-inflammatoire

Lorsqu’il s’agit de la santé cardiaque, il est évident que l’adoption d’une alimentation anti-inflammatoire de style méditerranéen riche en végétaux remplis de fibres soutient la santé à long terme. Les effets de ce type d’alimentation sont à la fois directs par leur influence sur la pression artérielle, le taux de cholestérol et l’inflammation, et indirects, par les bactéries intestinales. Les fibres alimentaires aident à nourrir les bactéries bénéfiques, entraînant une réduction de l’inflammation, de la glycémie et des taux de cholestérol.

Les polyphénols que l’on trouve dans les aliments d’origine végétale combattent l’inflammation directement et favorisent également la croissance des bonnes bactéries; de plus, il existe des preuves voulant que les bactéries intestinales soient en fait essentielles à la biodisponibilité de certains de ces composés sur le métabolisme humain.

Pour soutenir vos efforts anti-inflammatoires, considérez un probiotique éprouvé cliniquement comme Bio-K+. Les trois souches uniques et brevetées de bactéries Lactobacillus contenues dans le Bio-K+ sont produites de manière rigoureuse pour une puissance optimale et une efficacité démontrée par la recherche afin de soutenir une flore intestinale saine. On pense que Bio-K+ favorise la santé du cœur en métabolisant les sels biliaires, ce qui permet de réduire les taux de cholestérol.

La vie moderne peut déséquilibrer les bactéries intestinales, ce qui entraîne des taux d’inflammation chroniques et une dysfonction métabolique. En fait, la dysbiose intestinale est de plus en plus courante, plus spécialement chez les personnes ayant des facteurs de risque et souffrant d’affections comme le diabète et de problèmes inflammatoires comme l’arthrite. Votre cœur est l’un de vos organes les plus précieux... démontrez-lui votre amour en mangeant un arc-en-ciel de végétaux colorés, en faisant de l’exercice régulièrement et en lui procurant une dose quotidienne de probiotiques Bio-K+.

Avez-vous d’autres questions à propos de la santé intestinale? Posez-les en commentaires ci-dessous. Si vous souhaitez faire le plein de produits Bio-K+, consultez notre localisateur de magasins. Pour obtenir plus d’information sur Bio-K+, les probiotiques et la santé digestive, communiquez avec nous, suivez-nous sur Facebook et Instagram ou rejoignez notre communauté.

Références

https://www.who.int/cardiovascular_diseases/about_cvd/en/

Wen, Li et Andrew Duffy. « Factors Influencing the Gut Microbiota, Inflammation, and Type 2 Diabetes » Journal of Nutritionvol. 147,7 (2017): 1468S-1475S.

Yoo, Ji Youn, et Sung Soo Kim. « Probiotics and prebiotics : Present Status and Future Perspectives on Metabolic Disorders » Nutrientsvol. 8,3 173. 18 mar. 2016, doi:10.3390/nu8030173

Rajkumar, Hemalatha et coll. « Effect of probiotic (VSL#3) and omega-3 on lipid profile, insulin sensitivity, inflammatory markers, and gut colonization in overweight adults: a randomized, controlled trial » Mediators of inflammation vol. 2014 (2014): 348959.

Daliri, Eric Banan-Mwine, Byong H. Lee, et Deog H. Oh. « Current perspectives on antihypertensive probiotics. » Probiotics and antimicrobial proteins9.2 (2017): 91-101.

Shimizu, Mikiko et coll. « Meta-Analysis : Effects of Probiotic Supplementation on Lipid Profiles in Normal to Mildly Hypercholesterolemic Individuals » PloS one-vol. 10,10 e0139795. 16 oct. 2015, doi:10.1371/journal.pone.0139795

Sun, Jing, et Nicholas Buys. « Effects of probiotics consumption on lowering lipids and CVD risk factors: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. » Annals of medicine47.6 (2015): 430-440.


Read more articles