The Possible Link between Gut Health & Autoimmune Diseases

Le lien possible entre la santé intestinale et les maladies auto-immunes

By: Desiree Nielsen

Il incombe à votre système immunitaire de vous protéger contre les agresseurs qui pourraient nuire à votre santé… mais que se passe-t-il si votre système immunitaire devient une menace ? C’est exactement ce qui se passe avec les maladies auto-immunes, où le système immunitaire commence à détruire les tissus de votre propre corps, comme l’intestin dans la maladie cœliaque, les articulations dans la polyarthrite rhumatoïde ou le pancréas dans le diabète de type 1.

L’auto-immunité découle d’une interaction complexe entre notre génétique et notre environnement, et elle a augmenté de façon spectaculaire au cours des 30 dernières années1-5. En fait, chaque année au Canada, les maladies auto-immunes augmentent de plus de 7 % 1. Plus de 23 millions d’Américains ont une maladie auto-immune, ce qui représente presque le double des Américains qui vivent avec le cancer5. Pourquoi cela se produit-il ? Nous n’en sommes pas certains, cependant, puisque ces maladies semblent imiter les récents changements dans le mode de vie depuis les 30 dernières années, il semble que le régime alimentaire, l’environnement bâti et le stress jouent tous un rôle, tout comme les changements nuisibles dans nos bactéries intestinales1-3.

Trouver le juste équilibre intestinal

Le lien entre le microbiote intestinal et la fonction immunitaire est bien établi, alors les bactéries intestinales pourraient-elles également avoir un impact sur l’auto-immunité ? Les études récentes suggèrent que oui.

Une partie de ce lien est largement décrite comme l’hypothèse de l’hygiène2,3. Alors que les normes de désinfection et de propreté augmentent, l’exposition aux microbes et aux infections diminue; toutefois, on pense que cette diminution entraîne une hyperréactivité du système immunitaire2,3. Bien qu’il ait été établi que l’exposition normale aux microbes environnementaux forme le système immunitaire afin qu’il fonctionne de manière appropriée, les infections chroniques avec des microbes plus communs dans notre passé, comme les helminthes (des vers parasites), sont associées à une tolérance immunitaire accrue et à une auto-immunité réduite.

Outre la diminution des infections, notre mode de vie moderne tend à nous prédisposer à la dysbiose, un déséquilibre des bactéries intestinales qui peut entraîner un état inflammatoire – l’auto-immunité étant associée à la dysbiose2,4,7. Ici, nous voyons l’interaction entre l’alimentation et le microbiote intestinal; l’alimentation est un puissant modulateur du microbiote intestinal, pour le meilleur ou pour le pire2. Par exemple, dans une étude, une alimentation riche en fibres semblait protectrice contre la sclérose en plaques – étant donné que les fibres nourrissent les bactéries du côlon, nous nous attendons à ce que cet effet soit modéré par le microbiote intestinal2.

Démystifier le lien entre les bactéries et le système immunitaire

Les chercheurs ont découvert que les substances produites par les bactéries peuvent imiter des substances produites par l’organisme, comme le pancréas. Avec des milliards de bactéries vivant dans votre intestin, votre système immunitaire et votre microbiote intestinal ont besoin d’une façon de communiquer les uns avec les autres pour assurer la tolérance. Ce faisant, le système immunitaire sait comment reconnaître la composition associée aux bactéries – et il est possible que le système immunitaire puisse apprendre à reconnaître cette composition comme bénéfique ou nocive et, de même, la composition de vos propres cellules, que ces prototypes bactériens imitent. Nous constatons que la présence (et l’absence) de certaines espèces de bactéries est fortement associée à l’auto-immunité, comme Prevotella copri dans la polyarthrite rhumatoïde5.

Bien que nous ayons beaucoup à apprendre, il semble évident que les bactéries intestinales sont importantes dans l’histoire de l’auto-immunité – donc, les probiotiques pourraient-ils être un moyen efficace de résister aux fonctions normales du microbiote intestinal ? Ce que nous savons, c’est que les probiotiques aident à améliorer plusieurs facteurs associés à l’auto-immunité, tels que le dysfonctionnement de la barrière intestinale, les infections intestinales et l’inflammation. Alors, en attendant la publication d’études sur des maladies précises, les probiotiques peuvent toujours être une composante avisée de votre mode de vie fondé sur l’auto-immunité.

Soutenir la santé immunitaire quotidiennement

Alors que la recherche progresse, une chose est évidente : préserver, ou restaurer un microbiote intestinal sain est important afin de soutenir la fonction immunitaire et fait partie d’un mode de vie sain5. Commencez en mangeant une grande variété d’aliments végétaux riches en fibres non transformés, comme les légumes, les légumineuses et les graines. Ces aliments aident à nourrir votre système immunitaire directement grâce aux éléments phytochimiques, aux vitamines et minéraux, en même temps qu’ils nourrissent les bactéries bénéfiques dans votre intestin4. Nous devons aussi bouger plus, car l’exercice constitue une pression positive sur notre système immunitaire, en l’aidant à se développer et en réduisant le stress. Le sommeil est une période importante de croissance et de réparation et il doit être priorisé à nouveau dans notre vie au quotidien. Finalement, prendre un probiotique dont l’efficacité est éprouvée en clinique comme Bio-K+ aide à renforcer vos bactéries intestinales afin qu’elles puissent soutenir votre système immunitaire de manière plus efficace.

Avez-vous d’autres questions à propos du microbiote intestinal ? Posez-les en commentaires ci-dessous. Si vous souhaitez faire le plein de produits Bio-K+, consultez notre localisateur de magasins. Pour obtenir plus d’information sur Bio-K+, les probiotiques et la santé digestive, communiquez avec nous, suivez-nous sur Facebook et Instagram ou rejoignez notre communauté.

Références

Lerner, Aaron, Patricia Jeremias, and Torsten Matthias. "The world incidence and prevalence of autoimmune diseases is increasing." Int J Celiac Dis4 (2015): 151-5.

Manzel, Arndt et al. “Role of "Western diet" in inflammatory autoimmune diseases” Current allergy and asthma reportsvol. 14,1 (2014): 404.

Rook, Graham AW. "Hygiene hypothesis and autoimmune diseases." Clinical reviews in allergy & immunology42.1 (2012): 5-15.

Carding, Simon et al. “Dysbiosis of the gut microbiota in disease” Microbial ecology in health and diseasevol. 26 26191. 2 Feb. 2015, doi:10.3402/mehd.v26.26191

Campbell, Andrew W. “Autoimmunity and the gut” Autoimmune diseasesvol. 2014 (2014): 152428.

Nanjundappa, Roopa Hebbandi, et al. "A gut microbial mimic that hijacks diabetogenic autoreactivity to suppress colitis." Cell171.3 (2017): 655-667.

de Oliveira, Gislane Lelis Vilela et al. “Intestinal dysbiosis and probiotic applications in autoimmune diseases” Immunologyvol. 152,1 (2017): 1-12.

Liu, Yuying et al. “Probiotics in Autoimmune and Inflammatory Disorders” Nutrientsvol. 10,10 1537. 18 Oct. 2018, doi:10.3390/nu10101537

Shen, Zhao-Hua et al. “Relationship between intestinal microbiota and ulcerative colitis: Mechanisms and clinical application of probiotics and fecal microbiota transplantation”World journal of gastroenterologyvol. 24,1 (2018): 5-14.


Read more articles